vendredi 29 novembre 2013

Empreinte de feuille

L'automne fut l'occasion de travailler autour du thème de la feuille. 



En premier lieu, ce fut une séance de découpage.
Ainsi nous avons un stock important de lettres FEUILLE.



Lors de la seconde séance, il fallut faire les empreintes de feuille puis coller les lettres.








Quelques exemples de réalisation:




Ce fut également l'occasion d'expliquer comment faire sécher des feuilles.

Les élèves ont vu que j'avais pris des feuilles dans la cour, ont vu que je les avais mises dans des livres.
Mais afin de reprendre ces étapes avec la classe, je leur ai montré quelques photographies.
 

L'arbre dans la cour

Les belles feuilles de l'arbre

Les feuilles ramassées

Feuilles glissées entre les pages d'un livre

Livres bien fermés

Feuilles séchées bien plates


Bonne fin de semaine à vous

mercredi 27 novembre 2013

Nature urbaine

Petit clin d’œil à Véronique Levesque qui avait fait une série de photos intitulée "Petite Nature" pour le blog de notre association IMAGE CONTACT. 

Je vous invite à découvrir cette artiste photographe!!!




Découvrez "Petite Nature" sur le blog d'Image Contact ICI

Découvrez Véronique Levesque ICI


lundi 25 novembre 2013

Graphismes d'automne



Une séance de graphisme





J'ai ramassé une feuille dans la cour de l'école puis l'ai faite sécher dans les pages d'un livre.

J'ai dessiné le contour.



Nous avons découpé les feuilles.
Les enfants ont collé puis écrit leur prénom.





vendredi 22 novembre 2013

La classe maternelle

Ce mois-ci, je suis dans LA CLASSE MATERNELLE. 


Si votre école ou vous-même êtes abonnés,
si vous allez chez un marchand de journaux....
... il s'agit de la rubrique: Comment je l'ai fait.

Bonne fin de semaine à vous!



lundi 18 novembre 2013

vendredi 15 novembre 2013

Esprit d'hiver



Laura Kasischke
Esprit d'hiver


Quatrième de couverture:

 Réveillée tard le matin de Noël, Holly se voit assaillie par un sentiment d'angoisse inexplicable. Rien n'est plus comme avant. Le blizzard s'est levé, les invités se décommandent pour le déjeuner traditionnel. Holly se retrouve seule avec sa fille Tatiana, habituellement affectueuse, mais dont le comportement se révèle de plus en plus étrange et inquiétant...

Ma lecture:

Une critique est d'autant plus difficile lorsque, habituellement, on apprécie un auteur pour la qualité de son écriture et la construction narrative de ses romans. Esprit d'hiver est le sixième roman que je lis de Laura Kasischke et c'est la première fois qu'une envie de délaisser ma lecture m' a envahie, c'est la première fois que j'ai souhaité sortir de ce huis-clos étouffant. Peut-être finalement est-ce la preuve que l'auteur a fort bien réussi à transmettre au travers de son récit l'ambiance lourde et oppressante qui s'installe entre la mère et sa fille? Peut-être ai-je été trop sensible à l'enfermement mortifère décrit par l'auteur? Enfermement dont je n'avais qu'une envie, m'échapper, refermer le livre, terminer cette lecture!

Indéniablement, Laura Kasischke sait mettre en place un récit admirablement construit. Au fil des pages,  elle sait distiller ici et là, des indices, des détails, des situations qui teintent le roman d'interrogations, de questionnements obscurs, de malaises insaisissables, c'est là, c'est latent, sous-jacent. Le lecteur s'approche subrepticement de ce qui sera dévoilé à la fin, s'en approche, touche du bout des doigts la résolution finale si bien qu'on n'est pas surpris à la lecture du rapport des dernières pages. (Un peu comme la fin du film "Les autres", film d'Alejandro Amenabar, 2001). On le sait, sans que cela soit dit.

Mais...

Alors qu'habituellement, j'admire la subtilité des descriptions de l'auteur, la juste mesure des détails inquiétants ou dramatiques égrainés au fil des romans, là, j'ai rencontré de nombreuses répétitions, d'obsessionnelles répétitions. L'auteur exprime probablement la pathologie maternelle par cet effet mais en tant que lectrice, j'ai ressenti une lassitude, répétition après répétition. La mère ressasse, ressasse, ressasse, les souvenirs tournent en boucle, on est dans un monde clos, un huis-clos. Comment échapper à l'impensable? La mère s'échappe de cette réalité impensable dans les souvenirs, dans les regrets, dans les actions qui ponctuent cette journée de Noël.

Tout au long du roman, nous progressons dans la journée d'Holly, dans sa folie. Mais qu'il est dommage que le rapport soit donné au lecteur à la fin du livre! Cette étrangeté que l'on perçoit dès les premières pages du roman, ce côté irréel, le serait un peu moins et, en ce qui me concerne, j'aurais bien plus accroché à cette lecture. Pourquoi? Parce qu'à force de répéter les étrangetés, on n'y croit plus, elles lassent. Pourtant, plus on s'approche de la fin, plus on comprend, on sait et le rapport policier ne fait que confirmer. Et JUSTEMENT! Je pense que j'aurais beaucoup plus apprécié les qualités descriptives et narratives du récit si mon interrogation et mon attention n'avaient pas été happées par l'énigme de cette journée mais plutôt par "comment cette mère fait pour échapper à l'impensable". Cela aurait eu un impact dramatique extrêmement plus intense pour moi. Ce que j'ai vérifié en relisant des passages du livre après l'avoir terminé. Comprendre comment cette mère se dépatouille de cette réalité impensable, comment la confusion s'immisce en elle, comment la fureur et la culpabilité se mêlent quand il n'y a plus d'échappatoire?

Toutes les répétitions revêtiraient alors un tout autre sens:
- Quelque chose les avait suivis depuis la Russie jusque chez eux!
- les flashbacks incessants 
- l'orphelinat
- le prénom Sally
- la porte verrouillée
- le questionnement quant à l'écriture ( La maternité empêche-t-elle l'écriture? Holly se leurre-t-elle elle-même en ayant cru, un jour, être poétesse?)

De la même façon, les différentes actions qui ponctuent cette journée de Noël seraient d'autant plus poignants et bouleversants:
- projection du téléphone (qui brise le verre à eau)
- le couteau
- le rôti.


J'ai lu ce roman dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire 2013
proposés par PriceMinister-Rakuten (ICI

Grand merci à eux!





lundi 11 novembre 2013

Les pompiers en maternelle

Tous les élèves ont a un moment ou un autre "rencontré" les pompiers soit dans la rue lorsqu'un véhicule passe soit ils ont été témoins d'une intervention. Ils ont une connaissance de ce terme. Dans ma classe, certains ont témoigné avoir vu des pompiers intervenir auprès de victimes blessées ou bien lors d'un incendie.En prend le temps de discuter avec la classe, on mesure la connaissance qu'ils en ont, même minime. 

1/ Ranger en ordre croissant ou décroissant

Les pompiers sont déjà découpés et mélangés. Les élèves mettent dans l'ordre demandé.
En amont, au moment du regroupement, j'ai montré ces quatre pompiers.
Qu'est-ce que c'est?
Puis que va-t-on devoir faire?
Discussion.
Je fais en fonction de ce qu'ils me disent.
Comme leurs explications sont lacunaires ou imprécises, ils doivent affiner.




2/ Math

Au regroupement, le document est montré d'abord sans les dominos. 
Qu'est-ce que c'est?
Que voit-on?
Puis je montre les dominos.
Que va-t-on faire?
Discussion.



3/ Math

Regroupement: cette fois-ci je montre le document avec les casques découpés.

Que va-t-on devoir faire?
Comme au début leurs explications sont imprécises, je fais ce qu'ils me disent. 
Ainsi, par exemple, ils me disent qu'ils faut mettre les casques sur la feuille.
Je le fais.
Sans ordre ni comptage.
Etc...
Au fur et à mesure, ils affinent.
Puis j'invite un élève à faire.


4/ Math

En amont, j'ai installé les chiffres de 1 à 6.
Je pose des objets.
Rapidement un élève (qui a compris) souhaite venir  montrer un chiffre.
Il verbalise.
Je reprends ce qu'il dit.
Un autre vient après que j'aie mis d'autres objets.
Etc...

Ensuite, je montre la feuille de travail.
Agrandie format A3.
Que voit-on?
Que doit-on faire?
J'invite un premier élève au tableau.
Ainsi on évalue s'ils ont compris ou pas.

Travail ensemble puis ensuite seul.




5/ Imagerie support de langage.

A plusieurs occasions nous avons utilisé ces images.





6/ Graphisme



7/ Un objet

Observation, questionnement...
Qu'est-ce que c'est?

Le calendrier


8/ Le labyrinthe

Que vous trouverez facilement sur le net.

Plusieurs ont été plastifiés et ont été mis à disposition dans la classe avant la séance dédiée à cet exercice.




9/ Les couleurs

Regroupement: 
 A/ Je présente chaque étiquette à la classe.
Qu'est-ce qui est représenté?
Quelle couleur?

B/ La feuille est présentée en format A3.
J'ai mis des formes pour les couleurs.
Les étiquettes des objets colorés sont placées en-dessous.
Que va-t-on devoir faire?

On fait d'abord avec les étiquettes colorées.
Ensuite avec les étiquettes non colorées. 

Ce sont les élèves, un par un, qui viennent placer une étiquette.


Puis le travail est fait individuellement.






10/ Repérage, vocabulaire (et connaissance des couleurs)

 Document en format A3 au tableau.
Utilisation des aimants pour amorcer ce travail.

Devant, derrière, à l'arrière, au-dessus, au-dessous, dans, sur, entre, etc...

Exemple: Mets un aimant jaune devant le chien.


 Puis, individuellement, prendre chaque élève pour faire ce travail.
Les autres sont occupés par ailleurs.

Préparer les gommettes de chaque couleur et les placer face à l'élève.
(Ainsi on va repérer sa connaissance des couleurs)

Ce travail est fait individuellement avec la maîtresse : 
1/Repérer l’objet (Exemple « Montre-moi un nuage »). 
2/Prendre la gommette de la couleur demandée (« Prends une gommette rouge »). 
3/ Placer la gommette selon l’indication de position (« Colle la gommette rouge dans un nuage »). 

Même consigne à chaque fois pour:


A/ Une gommette rouge dans un nuage.  
 B/ Une gommette jaune devant l’oiseau.   
C/ Une gommette bleue sous le chien. 
D/ Une gommette verte au-dessus d’un arbre.
E/ Une gommette noire à l’arrière du camion citerne.  
 F/ Une gommette rouge entre le camion et le chien.  
 G/ Une gommette jaune sur une fleur. 

On laisse l'élève faire même s'il se "trompe" de couleur, même s'il ne sait pas l'emplacement.




11/ Repérage sur un quadrillage

Exercice difficile en ce début d'année mais certains élèves ont immédiatement compris.
Donc, reprendre ultérieurement et progressivement ce type d'exercices.
 D'ailleurs, j'ai d'ors et déjà préparé quelque chose de plus progressif.

Comme toujours, je laisse un temps de recherche en groupe afin de se familiariser.
Diverses tentatives, plusieurs essais.






12/ Le mot POMPIER

Comme toujours, je commence par demander qu'est-ce que c'est.
Les élèves s'expriment.

Une feuille, il y a des lettres, etc...

Puis ensuite, que devons-nous faire?

Ici, un élève me dit: "il faut mettre les lettres sur la feuille".
Ce que je fais.
Evidemment, il y a tout le "non-dit" qu'il va falloir élaborer...


Après plusieurs tentatives d'explications, ils parviennent à saisir l'objectif du travail.
Je propose à l'un des élèves de venir faire.
Puis travail individuel.






13/ Retrouver le mot POMPIER



14/ Relier les deux mots identiques



15/ Tuyaux en pâte à modeler




Et voici ce que j'ai déjà montré précédemment:
(cliquez pour accéder à la page)