vendredi 4 janvier 2013

Tigre, tigre!



MARGAUX FRAGOSO
Tigre, tigre!

Quatrième de couverture:

Par une belle journée d’été, Margaux Fragoso rencontre Peter Curran à la piscine de son quartier, et ils commencent à jouer. Elle a sept ans ; il en a cinquante-et-un. Quand Peter l’invite chez lui avec sa mère, la petite fille découvre un paradis pour enfants composé d’animaux exotiques et de jeux. Peter endosse alors progressivement, insidieusement, le rôle d’ami, puis de père et d’amant. Charmeur et manipulateur, Peter s’insinue dans tous les aspects de la vie de Margaux, et transforme l’enfant affectueuse et vive en une adolescente torturée. Lyrique, profond et d’une limpidité hypnotique, Tigre, tigre ! dépeint d’une manière saisissante les forces opposées de l’emprise et de la mémoire, de l’aveu et du déni, et questionne nos capacités de guérison. Un récit extraordinaire qui dévoile de l’intérieur la pensée d’une jeune fille au bord de la chute libre.

Ma lecture:

Rarement un livre m'aura autant violentée et éprouvée si bien que je me demandais s'il m'était possible d'en parler sur le blog. Ce sera donc une timide tentative. 

Margaux Fragoso écrit un livre autobiographique et termine son récit par ces phrases:
" J'invente des histoires pour ma fille, tout comme mon père l'a fait pour moi quand j'avais son âge. Je cultive certaines traditions familiales; les autres doivent disparaître avec moi."
Ce roman-là  n'est pas pour sa fille, en tous les cas tant que celle-ci ne sera pas devenue adulte car c'est l'histoire terrible de Margaux petite fille qui croise la route d'un pédophile qui pendant des années sera présent dans sa vie. 

Les scènes sont terribles car elles font vivre ce que la petite Margaux a vécu. 
Combien l'esprit s'échappe du corps quand le corps d'une petite fille est touché là où il ne doit pas l'être.
Combien cela parasite les apprentissages, les pensées, la vie d'une enfant. 
Combien la relation aux pairs (camarades de classe), à l'autre du même âge, est étrangement chamboulée.
Combien le dégoût de l'autre devient un dégoût d'elle-même. 
Combien la culpabilité vient s'ancrer en elle et protège l'agresseur.
Combien la parole est pervertie. 
Combien le mot "Amour" se pare d'une définition des plus pernicieuses.
Combien la traversée de l'adolescence devient douloureuse au point de vouloir tuer cette douleur.
Combien elle se met en danger. 
Combien il faut du temps pour que la vie reprenne ses droits.
Combien il faut, d'une façon ou d'une autre (ici par le biais de l'écriture de ce roman), que certaines histoires vécues disparaissent avec soi. Mais les histoires disparaissent-elles vraiment? Non. 

Une mise en mots d'une histoire difficile et douloureuse. Voilà ce roman. 

Si vous ouvrez ce roman, sachez qu'il y a des scènes terribles, sachez le refermer si besoin, sachez ne pas l'ouvrir si vous vous sentez fragile.

Merci à Pastelle pour le prêt de ce roman!!!

Tous les bouquins ICI.


24 commentaires:

  1. Je passe mon chemin , je n'ai pas très envie de lire ce type d'histoires...
    Bon week-end Chrys !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas sûre de vouloir lire ce livre après celui de la rentrée d'Angot sur le même thème et terminé il y a peu mais en tout cas j'aime beaucoup ton billet et ta façon de nous présenter ce livre tout en nous mettant en garde en même temps qu'en nous donnant envie de le lire.
    Bonne année Chrys!

    RépondreSupprimer
  3. Ah non...je ne réussirais pas à lire cette histoire difficile...
    Le billet que tu as fait à la suite d'une éprouvante et courageuse lecture me suffit...Bonne journée...

    RépondreSupprimer
  4. Il y a des sujets qu'on ne peut pas tous aborder... j'aurais en effet moi aussi de la peine à lire ces lignes d'une souffrance enfermée et encore trop mal reconnue. Merci pour cette présentation toute en sensibilité et délicatesse.

    RépondreSupprimer
  5. personnellement Chrys, je ne laisse pas de droit au livre, si il me bouleverse trop, je le laisse tomber. !!!!tu as bien fait de te délivrer sur le net de ce trop plein d'émotions. Bisou bisettes

    RépondreSupprimer
  6. C'est un livre voyageur.
    C'est Anilouve qui me l'avait envoyé. Elle en parlait ici :
    http://direbonjour.canalblog.com/archives/2012/11/02/25479523.html

    J'aime beaucoup la manière dont toi tu en parles. Ce n'était pas facile. Un livre bouleversant.

    RépondreSupprimer
  7. ✿ ❊ ✿ ❊ ✿ ❊ ✿
    Merci à toi pour cette découverte de ce roman Chrys !!! :o)
    GROS BISOUS de Thaïlande ! :o)
    ✿ ❊ ✿ ❊ ✿ ❊ ✿

    RépondreSupprimer
  8. Je ne lirais pas cette histoire, j'en ai lu une similaire il y a quelques années et cela m'a trop tourmenté...Sinon je te souhaite une belle et douce année ! Bisous

    RépondreSupprimer
  9. Je l'ai acheté il y a quelque temps, pas encore ouvert, mais je le lirai bien-sûr.

    RépondreSupprimer
  10. madamezazaofmars4 janvier 2013 09:57

    C'est justement parce que je me sens encore trop fragile après toutes les critiques que j'ai lu qu'il est sur mon étagère depuis deux mois sans que je n' ai pu l'ouvrir

    RépondreSupprimer
  11. Tu sais que je l'ai lu aussi. Avec difficulté aussi. Je ne sais pas comment on peut dire qu'on a aimé ce livre. Ça me semble trop déplacé. Mais je ne peux pas dire non plus que je n'ai pas aimé car ça ne serait pas la vérité.
    C'est dur à lire, souvent terrifiant, mais ça se lit bien car c'est bien écrit.
    J'ai été gênée par le côté consentant qui ressort tout le temps dans son récit. Je crois que j'aurais aimé qu'il soit un peu nuancé par l'analyse qu'elle peut faire de la situation, des années après, or il n'y a aucune analyse.

    RépondreSupprimer
  12. Malgré un titre qui aurait pu me séduire... je vais dire que je ne le lirai pas. Et sans nul doute, ne l'offrirai pas. Il est des sujets qui doivent être abordés, certes, mais "autrement", pour éviter le risque de créer un ouvrage voyeuriste... ou pire.

    RépondreSupprimer
  13. Il était déjà noter dans ma liste mais je ne pense pas le lire pour l'instant...je suis retournée dans le fantastique...je suis en manque !

    RépondreSupprimer
  14. Je ne sais pas si j'aurai le courage, j'ai déjà eu du mal avec Une semaine de vacances de Christine Angot...

    RépondreSupprimer
  15. Ça m'a tout l'air d'être une lecture coup de poing... Il faut choisir son moment pour se lancer dans un tel livre...!

    RépondreSupprimer
  16. je ne le lirais pas !La lecture est pour moi un plaisir et une distraction. J'évite soigneusement les infos et autres faits divers donc ce n'est pas pour lire ce genre de livres même si je peux comprendre que l'auteur ait ressenti le besoin de l'écrire....

    RépondreSupprimer
  17. Ce livre m'a laissée perplexe à sa sortie : envie et peur. J'ai pensé que ce n'était pas le bon moment pour le lire mais ce n'est que partie remise. Merci pour ta critique Chrys.

    RépondreSupprimer
  18. Ce roman m'a l'air bouleversant, et ta critique est très bien construite, elle donne terriblement envie de le lire. Je dis terriblement, parce que ce type de livre et de ceux qu'on ne lâche pas, même si on en a l'envie :-)

    RépondreSupprimer
  19. Je suis contente d'avoir lu ta critique tout en retenue...je ne crois pas que je saurais le lire, je ne supporte pas que l'on touche à une enfant ! Bonne soirée bises

    RépondreSupprimer
  20. je ne pense pas être capable de le lire même si j'en lis beaucoup de bien, c'est le genre de sujet qui me rend malade...Bon week end, bisous;

    RépondreSupprimer
  21. tout comme moi: je ne pourrais pas lire ce livre!! je dénie aussi, peut être, mais ce qui peu se passer sur une enfant, me dérange beaucoup...
    j’aime tes mots pour décrire ce livre..tout en douceur...

    RépondreSupprimer
  22. C'est un sujet qui doit être très bouleversant ! Je ne sais pas si je pourrais entrer dans cette histoire qui franchit l'innaceptable ! Ne pas se voiler la face puisque cela existe malheureusement et rendre un hommage à ces personnes qui ont subit ces violences et qui ont besoin de les exprimer.
    Belle soirée Chrys !

    RépondreSupprimer
  23. Je ne pense pas que je le lirai, merci de nous en parler si bien, je t'embrasse, ehaa.

    RépondreSupprimer
  24. Cou cou Chrys,
    Tu me donnes toujours envie de lire, lire... et lire! Je n´ai pas assez de temps!
    Je suis revenue de mon petit voyage de fêtes de fin de l´année.
    Je te souhaite tout le bonheur et la santé.
    Gros bisous
    Elisa, en Argentine

    RépondreSupprimer