vendredi 26 mars 2010

Ménage toi-même!

COUP DE GUEULE
(au féminin)


Quand j'ai entendu Florence Aubenas, un matin sur France Inter,

j'ai pensé qu'il fallait le lire.

L'expérience:

Florence Aubenas troque sa casquette de journaliste pour devenir femme de ménage.
Son seul bagage avoué est un baccalauréat,
elle dit ne pas avoir travaillé pendant les vingt dernières années,

elle vient juste de se séparer.



Extraits:

L'injonction paradoxale (p73)
Un homme se présente à Pôle Emploi pour supprimer le n° de téléphone de son dossier. On lui a coupé. Il lui est rétorqué qu'il faut prendre RDV par téléphone, justement! Il peut utiliser ceux de l'agence, l'attente peut être longue pour joindre quelqu'un, parfois plusieurs heures!

Trois minutes (p91)
Temps imparti sur le ferry pour nettoyer la cabine douche/lavabo/wc.

La place des femmes dans les syndicats, années 80(p129)
Un responsable est nommé pour diriger la section des "précaires", un vrai lettré, bardé de diplômes. "Il faut un intellectuel pour représenter dignement le syndicat, disent les permanents. On ne peut quand même pas envoyer une caissière ou une femme de ménage aux réunions."

Les élections (p186)
En règle générale, la politique n'est pas un sujet considéré comme sérieux au ferry. Le jour des élections européennes, personne ou presque n'était au courant du scrutin. "On se fait avoir à chaque fois..."

Test (p202)
Des sociétés de nettoyage "recrutent" pour "tester" une éventuelle embauche. "Les périodes de test ne sont pas rémunérées chez nous. Au besoin, on vous rappellera."

Parachute doré (p208)
Toutes les familles qui touchent les allocations des cartables à la rentrée scolaire ont eu droit à la prime supplémentaire de 150 €. "...150 €, ça fait un paquet de pognon qui tombe du ciel." "Oui, c'est notre parachute doré. Nous aussi, on y a droit."

700 € (p221)
"Et vous, vous faites combien par mois?
- 250 € au ferry, une cinquantaine ici et là, presque 400 dans une seule boîte, l'Immaculée. Mais rien n'est fixe."


CDI (p267)
Marguerite m'annonce que la fille que je remplace quitte le poste. "On a pensé te proposer et soutenir ta candidature: c'est un CDI.... Les conditions sont miraculeuses pour le secteur: un contrat de 5h30 à 8 heures du matin, payées au tarif de la convention collective, 8,94€ brut de l'heure.


Parmi les règles que je m'étais fixées, il y avait celle d'arrêter cette expérience dès qu'on me proposerait un contrat de travail définitif. Je ne voulais pas bloquer un emploi réel.


Merci Madame Aubenas pour ce travail!!!


Pas besoin des statistiques pour vous rappeler que...

- Ce sont les femmes qui sont les plus précarisées.

- Ce sont les femmes qui ont l'essentiel des boulots à temps partiels.

- Ce sont les femmes qui sont les moins bien payées.


- Ce sont les femmes qui prennent en charge l'essentiel des tâches ménagères
(bon c'est vrai, parfois, elles ne veulent pas partager. Si si!!!)

- Ce sont des femmes qui font le ménage pour des sociétés
de 5h à 7h du mat puis de 19h à 21h30. (Royal quand on est maman!)

Et après?

- Après il faut être une mère parfaite: 5 fruits et légumes par jour.
(Il y a un problème de pouvoir d'achat...)

- Après il faut être à l'écoute de ton enfant pour un développement harmonieux mais te démerder pour les faire garder quand tu pars travailler.
(Il y a un problème de structures d'accueil)

- Après il faut accepter qu'un mec qui a vachement fait d'études (ou qui est bien né) gagne 476 fois ce que tu gagnes.
(Il y a un problème de décence et de respect, de considération du travail.)


- Après il faut te dire que tu bosses pour survivre.
(Il y a un problème de rémunération du travail effectué.)


- Après tu dois sacrément en avoir marre!!!
(Il y a un problème de compréhension de nos "élites" qui manient des concepts sociétaux sans les vivre.)


RAPPELS

Salaire annuel de la femme de ménage qui fait des heures:
700x12=8 400€

Salaire annuel d'une personne au smic:
1 340x12=16 080€


Salaire annuel de Zacharias:
333 333x12=4 000 000€

(Sans parler des 13 000 000 d'indemnités de départ
et
4 000 000 de retraite.....chapeau!!!
Sans jeu de mots)


Je ne suis pas contre gagner un bon paquet de fric...

Mais là, c'est indécent!


Selon l'Insee: Salaire moyen annuel des hommes en 2007: 25 745 €
Salaire moyen annuel des femmes en 2007: 20 835 €


OUI

C'est tout en vrac.

Et alors?


C'était ma page "coup de gueule" au féminin!
Pour gagner chez Océane un abonnement à Causette.

Toutes les infos en cliquant ci-dessous!



Et vous?

Des coups de gueule?


28 commentaires:

  1. Bravo, très bon post ! Rien à ajouter c'est tellement parlant.
    Je suis en train de lire le dernier bouquin de Badinter où elle parle des choix des femmes etc. Je suis d'accord avec elle sur pas mal de points (mais pas tous loin de là) mais son livre ne parle pas assez de cet aspect de la vie des femmes : la grande précarité. Le choix n'apparait que lorsqu'on a les moyens. Tout le reste c'est de la survie.

    RépondreSupprimer
  2. En plus faire le ménage c'est épuisant!!
    Sérieusement il y a encore beaucoup de travail à faire, c'est inquiétant de voir comment en Allemagne les femmes doivent rester à la maison parce que c'est quasi mal vu de travailler quand on a des enfants et qu'il n'y a pas de structures d'accueil...

    RépondreSupprimer
  3. Merdasse je suis en dessous du salaire moyen de l'INSEE vais de ce pas demander une augmentation, re-merdasse je suis dans la boîte que depuis 3 mois !

    RépondreSupprimer
  4. Moi des coups de gueule? Ben non pas du tout tu le sais bien Chrys! lol
    Il faut qu'on continue à se battre pour une vraie équité au boulot... et puis chez nous aussi avec nos hommes et enfants... il ne sera pas dit que mes fils sont des macho qui n'en glandent pas une à la maison !

    RépondreSupprimer
  5. Oui, tiens... ce sont les femmes qu'on opprime dans beaucoup de pays, les filles que l'on marie dès l'âge de 8 ans pour certaines, les femmes que l'on enferme sous des voiles grillagés, les veuves indiennes, bannies de toute relation sociale, les enfants de la guerre, les jeunes filles numérotées dans les vitrines de Bangkok...
    T'en veux d'autres ?

    RépondreSupprimer
  6. ben oui ça fout les boules, et encore, aubenas était seule, elle avait pas 3 gosses à la maison qui se réveillent seuls et se débrouillent pour s'habiller et manger et être prêts quand maman revient du travail pour les amener à l'école ... ni la pression des boîtes de recouvrement et prélèvement bancaires qui te mettent à sec le 5 mois parce qu'elle se coltine 1 ou 2 crédits parce qu'il a fallu réparer la voiture et changer le lave linge ...
    je ne parle pas des salaires de footballeurs ...
    quand au salaire moyen, pour moi qui me débrouille avec mon mari, c'est quand même + que ce que l'on gagne (bac + 5 au passage)...

    RépondreSupprimer
  7. J'en ai une tonne, mais je ne préfère pas en parler, après ça va m'énerver :)
    On est vendredi et je préfère rester calme aujourd'hui ;)

    RépondreSupprimer
  8. Je suis scotchée par la qualité de ton texte: clair précis et argumenté !

    Comme toi ce bouquin m'a pas mal secouée et le revoir dans ce cadre, ici, ça me fait plaisir !

    belle contribution !

    RépondreSupprimer
  9. bravo! j'avais lu un long article sur ce livre dans... libé je cois, un libé qu'un copain venu nous voir avait laissé. ce sujet me touche tout particulièrement.

    RépondreSupprimer
  10. Bravo pour ce post !
    J'aimerai tant lire des trucs comme çà dans Causette !

    RépondreSupprimer
  11. Florence Aubenas une vraie journaliste... j'espère que son bouquin fera réfléchir certains employeurs sur la façon dont ils traitent leurs femmes de ménage... on peut rêver...
    mon coup de gueule en rapport avec ton article va pour les donneurs de leçons qui critiquent Florence Aubenas parce que son livre se vend, du coup ils attaquent sa démarche alors que pas un n'aurait eu les couilles de faire ce qu'elle a fait...

    RépondreSupprimer
  12. Je joins juste ma voix à la tienne...

    RépondreSupprimer
  13. Bravo et merde parce que c'est vrai.

    RépondreSupprimer
  14. C'est parfait, concis, eclairé, precis... C'est tres bien ecrit, on en prefererait presque que tout ce que tu raconte ce ne soit pas vrai et pourtant... Meme quand on ne gagne presque rien comme moi, 1020 euros par moi, le seul mec de la boite pour un poste equivalent se fait 1150 euros et ce avec moins d' ancienneté, elle est variment pas belle la vie...
    Dis, quand tu recevras tes Causettes, tu me le spreteras apres ? ;-)

    RépondreSupprimer
  15. Super ton article, je soutiens à fond ton coup de gueule.

    RépondreSupprimer
  16. bravo pour ces mots, même en vrac, on est obligé d'être sensible à tout ça!!!moi je veux comme Zaza, quand tu l'auras gagné et que Zaza l'aura lu, tu me les prêtes tes Causettes? ;o)
    ba, sinon pour répondre à ta question, des coups de geule j'en ai plein, faudrait juste le temps de trouver du temps pour écrire....pf....

    RépondreSupprimer
  17. Intéressant cet article...ça me rappelle un peu ce que je vois en cours en ce moment mais c'est si important !

    RépondreSupprimer
  18. Bravo Chrys
    Je trouve ça dégueulasse. Triste. Injuste.

    Au boulot, une femme de ménage vit ce que tu décris. A 39 ans elle vient de tomber enceinte sans le vouloir/savoir du 3ième. En scooter.
    Elle cumule 4 emplois pour gagner evidemment même pas le smic. Elle ne peut en larguer un car c'est un cdi, le même que celui d'Aubenas visiblement.
    Je suis dépitée, et révoltée même si je tente pour, à ma mesure, l'aider... Et des personnes comme Babeth, il y en a des dizaines, des centaines autour de nous. Et c'est eux que l'on n'entend pas...

    Des coups de gueule, j'en ai oui.

    RépondreSupprimer
  19. j'avais très envie de lire ce bouquin..après j'ai lu la critique de cunéipage qui a été choqué par le parti pris misérabiliste du livre ...et là tu me redonnes envie de le lire...))

    RépondreSupprimer
  20. @ Angelita: merci

    @ Bulles d'infos: merci pour ton commentaire! Je n'ai pas encore lu celui de Badinter mais j'ai déjà lu son précédent (Fausse Route) et je l'ai longuement écoutée à la radio.

    @ Sylvie: oui, la priorité ce sont les structures d'accueil qui offriront aux mères célibataires (ou pas) un service de qualité si elles souhaitent (ou sont dans l'obligation) de travailler. L'investissement n'est vraiment pas assez important dans notre pays!!! Souvent, les garderies offrent des places aux enfants dont les parents travaillent en priorité, ce qui est normal mais pas suffisant! Comment cherche-t-on un emploi avec un bébé?

    @ Bloody Mary: il faudra attendre un peu...

    @ maman@home: Ni en faire des machos, ni en faire des soumis à la loi maternelle! Trouver le juste équilibre!!!

    @ La femme coupée en deux: certes on ne peut être de toutes les luttes...

    @ Ptisa: oui, j'estime que quelqu'un qui travaille devrait pouvoir vivre dignement. Ce qui hélas n'est plus le cas.

    @ Faustine: je te rassure, je ne suis pas énervée, juste sainement touchée par l'injustice.

    @ Océane: grand merci pour ton commentaire. J'estime qu'un blog a la liberté de parler sans s'interdire aucun sujet. La légèreté est aussi la preuve de notre liberté comme la gravité.

    @ Carole: j'avais juste entendu Aubenas à la radio et la singularité de sa démarche m'a touchée.

    @ Libelul: merci. Je n'ai lu qu'un numéro de Causette (merci Zaza!!!).

    @ Carole: il est toujours facile de critiquer ceux qui agissent. Celui qui ne fait rien ne sera finalement critiquer que sur son immobilisme. Certes, Florence Aubenas n'a probablement pas de soucis financier mais personne ne l'obligeait à se mettre dans cette situation, et c'est tout à son honneur. Éprouver la vie de l'autre est une expérience à laquelle elle s'est risquée!

    @ Ötli: merci!

    @ Petula: je crains que cela soit vrai encore longtemps!!!!

    @ Zaza: oui, il y a de quoi être terriblement en colère!!! Comment lutter??? Et puis, rien n'est gagné, jamais...

    @ Sissy: je te remercie mais un petit billet est si dérisoire face à l'injuste répartition des richesses.

    @ Kat: on fera une chaîne des Causettes!!!

    @ Princess Liberty: Que chacun soit rétribué pour son travail, oui c'est important, que chacun puisse en vivre, oui c'est essentiel.

    @ Alice: en ce sens-là, Florence Aubenas a tenté de donner la parole à ces femmes-là!!!

    @ Chocoladdict: non, je n'ai pas senti du "misérabilisme" dans ces pages. Ce sont des vies rudes et difficiles de femmes corvéables. Laissons un moment nos barrières "bien pensantes" et comprenons que notre société crée aussi la misère!

    RépondreSupprimer
  21. Je découvre ton blog et ton coup de gueule auquel je m'associe complètement ! je serais très heureuse de te rencontrer sur mon blog un de ces jours. merci pour ces mots qui boulverse l'univers parfois un peu trop "sucré" des blogs... excellent w-e a toi !

    RépondreSupprimer
  22. J'avais envie de le lire, Anne Laure (le Roi et moi) en parlait très bien...
    Je trouve ton coup de gueule bien écrit et important !
    Bisous et merci parce que tu écris ce que je ne sais pas dire...

    RépondreSupprimer
  23. Personne jusque là n'avait abordé le problème de ces femmes à qui l'on demande de se confondre avec la moquette. C'est elles qu'il faut aider.
    Bravo à Florence Aubenas d'avoir eu le courage de le faire.
    Je n'y ai pas vu du misérabilisme, juste une cruelle réalité.

    RépondreSupprimer
  24. @ mir: effectivement, c'est étrange comme beaucoup de blogs demeurent toujours dans le même registre sans jamais faire de vagues!!!

    @ Papotinette: c'est Florence Aubenas qui a fait tout le boulot, je ne fais que rapporter!

    @ Anonyme: tout à fait, cette accusation de misérabilisme est une invention (une parade) d'"intellectuels" qui ne savent comment gérer leur culpabilité d'immobilisme et leur silence!!!!!

    RépondreSupprimer
  25. Parti pris misérabiliste ? En effet, je ne trouve pas. Il est même plutôt plein de vie ce bouquin. J'ai aimé que Florence Aubenas ne fasse pas dans la bien pensance mais se laisse porter par son "personnage". Je le redis, ouvrage à lire !

    RépondreSupprimer
  26. Oui y'a un double coup de gueule: la situation des précaires et les injustices faites aux femmes dans l'inégalité H/F qui perdure chez nous. Hélas pour celles qui cumulent les deux, ouile.
    Mon coup de gueule sur la suprématie masculine injustifiée ne date pas d'hier. C'est même l'un des sujets principaux du tome 2 de ma série BD, Le Monde de Titus. Une BD qui a l'air de s'adresser aux enfants mais... pas que.
    Merci à Florence Aubenas d'avoir fait cette immersion pour que les aveugles qui font semblant de nous gouverner voient.

    RépondreSupprimer