jeudi 25 août 2011

La reine du silence


La reine du silence
MARIE NIMIER

Quatrième de couverture:

Mon père a trouvé la mort un vendredi soir. Son Aston Martin s'est écrasée contre le parapet d'un pont. La jeune femme assise à ses côtés était d'une beauté peu commune. Il n'y a rien à raconter, n'est-ce pas, rien à dire de cette relation. Je n'étais pas dans la voiture. J'avais 5 ans.
De mon père, il me reste peu de souvenirs, et quelques trésors : une montre qui sonne les heures, un stylo dont la plume penche à droite et cette carte postale, où il me demandait en lettres capitales :  QUE DIT LA REINE DU SILENCE ?

Cette phrase posait une énigme impossible à résoudre pour la petite fille que j'étais, énigme cruelle et envoûtante qui résume toute la difficulté du métier d'enfant. Enigme qui, à l'époque, se formulait ainsi :
  Que pourrait bien dire la Reine du silence sans y perdre son titre, et l'affection de papa ? Ou encore : comment, à la fois, parler, et ne pas parler ? J'étais coincée. Prise au piège de l'intelligence paternelle.

Ma lecture:

Marie Nimier est la fille de l'écrivain Roger Nimier (dont je n'ai jamais rien lu, je vous avoue.) Au travers de ces pages, elle part à la quête de sa relation avec lui, des bribes de souvenirs qui lui restent, des traces qu'il a laissées la concernant, des éléments minimes à partir desquels elle tente de retrouver ce qu'à été son père. Un livre du souvenir de cette relation père/fille et de la reconstruction de cette histoire vraiment passionnant. Marie Nimier a le sens du détail, du retour en arrière, des mises en parallèle comme, un peu, le ferait une personne sur le divan.

Il y a des passages terribles.

Petite fille, elle vient lui apporter un repas (vous savez, comme le font tous les enfants avec leur dînette). Timidement, elle dépose l'assiette avec un œuf au plat en plastique sur le bureau. Mais non, il ne fait pas semblant de manger comme le ferait un papa. Non, elle dérange, elle doit sortir. Plus tard...
P72: "Je retrouve l'assiette en plastique dans sa corbeille en papier, parmi les brouillons et les bouteilles de bière. L’œuf au plat est resté sur la table. Il a servi de cendrier. Un mégot est planté à angle droit dans le jaune, creusant un cratère dans le plastique calciné."

Ou encore, une lettre manuscrite que son père a écrit à l'un de ses amis qui se termine ainsi, annonçant la naissance de sa fille: "Au fait, Nadine a eu une fille hier. J'ai été immédiatement la noyer dans la Seine pour ne plus en entendre parler. A bientôt, j'espère." (P143)Ainsi a-t-elle mis en acte ces quelques mots quand 25 ans plus tard, elle se jette dans la Seine ne pouvant expliquer les raison de cette tentative de suicide?


La reine du silence? "Que pourrait bien dire la Reine du silence sans y perdre son titre, et l'affection de son papa? Ou encore: Comment, à la fois parler et ne pas parler?" (P171)

La Reine du silence a écrit et j'ai beaucoup aimé son texte!


BONNE LECTURE!

20 commentaires:

  1. *** Bonjour Chrys :o) ! Ce livre me tente bien !!!!! En ce moment sur ma table de nuit il y a "Tuer le père" d'Amélie Nothomb (le livre du moment !) ;o)
    Merci pour ce partage autour de tes lectures et belle journée à toi Chrys !!!! ***

    RépondreSupprimer
  2. Je note le titre de ce livre qui a l'air d'une telle puissance qu'on doit vouloir le lire d'un seul trait....Merci pour ce partage...Je suis un peu absente de la blogo car j'ai du monde à la maison...Bonne journée...

    RépondreSupprimer
  3. Ces passages sont vraiment terribles oui ....

    RépondreSupprimer
  4. La lettre du père est vraiment terrible...traumatisante. Merci de nous avoir parler de ce livre qui a l'air très fort!

    RépondreSupprimer
  5. Cela semble être un roman très fort et bouleversant !
    Je la connais de nom mais je ne sais plus pour quelle raison ou quel titre.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Chrys,
    D'abord plein de douceur

    Ensuite merci pour le partage, mais je ne me sens pas de le lire dans un avenir proche car pour moi le titre fait "écho" !

    Souvent les silences en disent bien plus que les mots ...

    Lorsque je poursuivais mes études de formatrice, mon formateur référent n'avait de cesse de nous dire qu'il fallait recevoir "les mots de l'autre" ...
    Il nous disait aussi qu'accueillir devait "s'entendre" par un silence .... le silence permet de réfléchir sur ce qui vient d'être dit .... le silence est le respect et l'écoute active de l'autre ...et donne la place à l'autre de réfléchir sur ce qu'il vient de dire ou de nous "renvoyer" !

    Nous pouvons aussi grâce au "silence", laisser place à l'autre de trouver la réponse à sa question .. souvent nous avons les réponses à toutes nos questions, il suffit parfois d'être attentif à soi ..

    Le silence peut aussi être "meurtrier" ... il laisse place au fantasme ...

    J'aime ta façon d'écrire Chrys, je la qualifierai de "pure"

    Merci

    RépondreSupprimer
  7. Quelle dureté, ces extraits prennent aux tripes...

    RépondreSupprimer
  8. Je l'ai vue présenter son livre dans une émission de télé: elle était très émouvante!

    RépondreSupprimer
  9. Sacrée quête ! je l'ai lu il y a quelques temps...très poignant !

    RépondreSupprimer
  10. tu me donnes envie de le lire.; cela a l'air d'être poignant.;;-))

    RépondreSupprimer
  11. Pas toujours facile d'être la fille de... Son livre donne-t'il envie de lire Roger Nimier ??(jamais lu, comme toi, j'avoue ;)).

    RépondreSupprimer
  12. Tu m'as donné envie à moi aussi ! Je le note !

    RépondreSupprimer
  13. Je note le titre car je pense l'acheter. Merci pour les passages que tu nous livres. Avoir ton avis compte aussi car j'ai partagé certaines de tes lectures et je m'y suis retrouvée dans tes commentaires.

    RépondreSupprimer
  14. Tu me donnes toujours envie de lecture!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  15. Pas facile de grandir quand tout commence comme ça... Voilà un titre qui me tente depuis bien longtemps... C'est tout à fait le genre de sujet qui me parle... Mais impossible de tout lire... Ou alors il faudrait que les heures passés à lire se doublent d'elles mêmes (ah oui, ça serait pas mal ça...)

    RépondreSupprimer
  16. J'avais lu "Les Inséparables" que j'avais beaucoup aimé, relation fusionnelle entre deux amies d'enfance au destin bien différent.
    Bisous

    RépondreSupprimer
  17. il y a des silences qui tonnent plus fort que le tonnerre !

    RépondreSupprimer
  18. et oui, pas facile le rapport aux parents...J'ai eu un père qui a passé son temps à me dévaloriser....Il faut bien apprendre à vivre avec.....

    RépondreSupprimer
  19. Le silence parfois étouffe. Il est bien que ce roman ait pu le dévoiler.
    BISOUS.

    RépondreSupprimer
  20. Ce livre a l'air très touchant, je note le titre...
    Merci

    RépondreSupprimer