samedi 26 février 2011

Révolution morale

Picasso Portraits imaginaires: ROI


Chaque matin, quand je pars au travail, je mets la radio dans ma voiture. J'écoute France Inter, j'écoute Bernard Guetta et à sa suite, l'invité de la matinale. Et hier matin, Ghassan Salamé était l'invité. Mon oreille a été très attentive, notamment durant ce passage...Ghassam Salamé  parle de ce qu'il se passe actuellement en Tunisie, en Égypte, en Libye.. Il explique qu'il s'agit de révolte et de révolution MORALES.


Les dictateurs modernes (comme Ben Ali, Moubarak et d'autres...)  ont: 

- considéré l'État comme leur chose;
- tenté de le léguer à leurs enfants;
- été en osmose avec une classe d'affairistes (pacte de Lucifer avec les hommes d'affaires).

C'est pourquoi les révoltes d'aujourd'hui sont des révoltes éthiques parce qu'ils s'attaquent au moins (autant)  aux profiteurs qu'aux dictateurs. 

Voici son interview dans son intégralité:


Je me demande si ces trois éléments qui caractérisent les "dictateurs modernes" ne se retrouvent pas dans nos sociétés dites "démocratiques". Certes les conditions de vie ne sont pas les mêmes, certes il y a une presse relativement libre mais....


Considérer l'État comme sa chose...
"Placer" son ou ses enfants à des postes clés...
Être de connivence avec les hommes d'affaire... 

Picasso: Le vieux roi

UNE RÉVOLTE ÉTHIQUE, dit-il....

21 commentaires:

  1. Je suis frappée moi aussi que les médias et certaines forces d'opposition (sic) ne soulignent pas plus les éléments identiques que l'on rencontre sous nos latitudes, d'une manière beaucoup plus soft certes, mais tout aussi ravageuse pour les êtres humains ordinaires que nous sommes.

    RépondreSupprimer
  2. hum hum bien visé!
    espérons que la prochaine élection réveille les consciences.
    J'ai écouté aussi cette émission (j'allume Inter chaque fois que je suis à la maison et seule dans la voiture) et j'ai trouvé ce point de vue intéressant.
    J'ai lu un bouquin sur la post-décolonisation qui m'a fait aussi réfléchir de manière différente (voir sur mon blog). Ca fait cogiter. Ca donne envie de bouger. Ou de faire bouger.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, oui, oui ....... !!
    Bon, ben on se bouge ??

    RépondreSupprimer
  4. C'est justement ce que j'allais te dire !!! C'est un peu la même chose chez nous, en plus subtile, en plus léger, en plus discret. Rares sont les hommes politiques qui ont à l'esprit l'intérête collectif... C'est très clair en Belgique !!!

    RépondreSupprimer
  5. tu as raison, chez nous aussi tout n'est pas transparent !

    RépondreSupprimer
  6. Il y a une prise de conscience collective. Mais si on regarde chez nous, il y a également beaucoup de zones sombres et secrètes.

    RépondreSupprimer
  7. Bien vu !!! et entendu ...
    On sent bien tous qu'il faut que ça bouge.
    Bonne journée Chrys.

    RépondreSupprimer
  8. je partage tout à fait ton point de vue !
    Ne te moque pas mais moi, j'écoute "rire et chansons" nettement moins culturelle, je te l'accorde!

    RépondreSupprimer
  9. Helas oui, le parallèle est flagrant... mais j'ai bien peur qu'il faille bien plus de misère pour que ça bouge... je suis en mode pessimiste, là, pour nous..

    RépondreSupprimer
  10. Je suis désolée d'exprimer une voix discordante, Chrys, et j'espère que tu ne le prendras pas mal (seule la discussion me motive), mais il me semble que la comparaison entre notre pays (qui est quand même bien libéral) et ceux où se déroulent ces révolutions risque fort de leur faire perdre de leur force. Aucun journaliste n'est en prison, l’élection du fils du président a été vivement contesté et empêchée et pour les milieux d'affaires, il me semble qu'ils n'ont pas eu ce qu'ils attendaient.
    Indignons-nous, certes, soyons vigilant, bien sûr et ne nous endormons pas sur nos acquis (parfois fragiles) mais ne rabaissons pas les mouvements de ces peuples asservis en invitant à penser que notre situation est la même.
    (Tout en écrivant cela, je me doute que ton idée est plutôt de rappeler à chacun qu'il ne faut pas s'endormir et non de minimiser les révolutions actuelles) :)

    RépondreSupprimer
  11. notre (petit) président n'est qu'un pantin aux mains des milieux d'affaires. comme ces prédecesseurs et comme le seront ceux qui le suivront. il ne sert pas à grand chose, à part faire vendre des journaux, et gesticule beaucoup, alors que 80% des lois sont européènnes et que notre politique économique, largement endettée, nous est dictée par les banques.
    alors que faire? la démocratie n'est qu'un leurre. mais elle a au mois le mérite de nous apporter paix et relative stabilité.
    moi tout cela m'indiffère. cela fait longtemps que j'ai quitté le forum pour débattre de ceci ou de cela. rien ne changera jamais. dans toute société, une minorité accaparera toujours le pouvoir. sans principes ni morale. je préfère à cela le calme procuré chaque soir à regarder les étoiles.

    RépondreSupprimer
  12. Ah tiens !! Ça te semble familier à toi aussi ce "système"... ça ne se passerait pas comme ça chez nous aussi ?
    Tous les peuples opprimés finissent un jour ou l'autre par se soulever et réclamer leur liberté. Et même le Roi Pognon ne peut rien contre ça, bien qu'au final, il y trouve toujours son compte... :(

    RépondreSupprimer
  13. J'espère que la révolution ne s'éternisera pas... c'est en général très long, l'installation d'un nouveau gouvernement, retrouver des bases.
    Et j'adore Picasso !

    RépondreSupprimer
  14. J'espère surtout que les pays qui se sont révoltés connaîtront la liberté.

    RépondreSupprimer
  15. Notre bon mètre a quand même une façon bien à lui de considérer que le pays est à lui, et heureusement que nous avons de vrais garde-fous...

    RépondreSupprimer
  16. mouais les chaises musicales annoncées ce soir reflètent bien tes pensées...

    RépondreSupprimer
  17. Un peuple qui prend la mesure de ce qu'il est en train de vivre. Pourquoi chez nous la réaction est-elle dans toutes les bouches mais sans action? Croyons avoir quelque chose à perdre, faut-il attendre d'avoir tout perdu pour oser agir PLUS radicalement???

    RépondreSupprimer
  18. Le parallèle est effectivement relativement évident, le culte de la personnalité est une politique en soi, et 2012 reste bien lointaine et le tableau à venir bien vague. Reste à agir, là, maintenant. Mais comment ?

    RépondreSupprimer
  19. Tu as raison. C´est à réfléchir...

    RépondreSupprimer
  20. me semble être des choses pas si lointaines....
    éva

    RépondreSupprimer