vendredi 10 septembre 2010

R comme Rupture

Prenez soin de vous

Ou le travail de l'intime...

SOPHIE CALLE


Imaginez.

Vous recevez un mail:
D'un homme.
Celui que vous aimez.
Il vous quitte.

Il termine par ces quelques mots: "Prenez soin de vous".


Si vous souhaitez lire:

Sophie,
Cela fait un moment que je veux vous écrire et répondre à votre dernier mail. En même temps, il me semblait préférable de vous parler et de dire ce que j'ai à vous dire de vive voix. mais du moins cela sera-t-il écrit.
Comme vous l'avez vu, j'allais mal tous ces derniers temps. Comme si je ne me retrouvais plus dans ma propre existence. Une sorte d'angoisse terrible, contre laquelle je ne peux pas grand chose, sinon aller de l'avant pour tenter de la prendre de vitesse, comme j'ai toujours fait. Lorsque nous nous sommes rencontrés, vous aviez posé une condition: ne pas devenir la "quatrième". J'ai tenu cet engagement: cela fait des mois que j'ai cessé de voir les "autres", ne trouvant évidemment aucun moyen de les voir sans faire de vous l'une d'elles.
Je croyais que cela suffirait, je croyais que vous aimer et que votre amour suffiraient pour que l'angoisse qui me pousse toujours à aller voir ailleurs et m'empêche à jamais d'être tranquille et sans doute simplement heureux et "généreux" se calmerait à votre contact et dans la certitude que l'amour que vous me portez était le plus bénéfique pour moi, le plus bénéfique que j'ai jamais connu, vous le savez. J'ai cru que l'écriture serait un remède, min "intranquillité" s'y dissolvant pour vous retrouver. Mais non. C'est même devenu encore pire, je ne peux même pas vous dire dans quel état je me sens en moi-même. Alors, cette semaine, j'ai commencé à rappeler les "autres". Et je sais ce que cela veut dire pour moi et dans quel cycle cela va m'entraîner.
Je ne vous ai jamais menti et ce n'est pas aujourd'hui que je vais commencer.
Il y avait une autre règle que vous aviez posée au début de notre histoire: le jour où nous cesserions d'être amants, me voir ne serait plus envisageable pour vous. Vous savez comme cette contrainte ne peut que me paraître désastreuse, injuste (alors que vous voyez tours B., R., ...) et compréhensible (évidemment); ainsi je ne pourrais jamais devenir votre ami.
Mais aujourd'hui, vous pouvez mesurer l'importance de ma décision au fait que je sois prêt à me plier à votre volonté, alors que ne plus vous voir ni vous parler ni saisir votre regard sur les choses et les êtres et votre douceur sur moi me manqueront infiniment.
Quoi qu'il arrive, sachez que je ne cesserai de vous aimer de cette manière qui fut la mienne dès que je vous ai connue et qui se prolongera en moi et, je le sais, ne mourra pas.
Mais aujourd'hui, ce serait la pire des mascarades que de maintenir une situation que vous savez aussi bien que moi devenue irrémédiable au regard même de cet amour que je vous porte et de celui que vous me portez et qui m'oblige encore à cette franchise envers vous, comme dernier gage de ce qui fut entre nous et restera unique.
J'aurais aimé que les choses tournent autrement.

Prenez soin de vous.

X



Quelle serait votre réponse?

Y en aurait-il une?


C'est ainsi que débute le travail de Sophie Calle. Ne sachant que répondre, elle cherche le regard d'autres femmes sur ce courriel. Un regard original, un regard professionnel. 107 femmes vont participer au projet. 107 femmes vont interpréter ce courriel.

Chanteuse. Danseuse. Avocate. Linguiste. Cruciverbiste. Clown. Psychiatre. Musicienne. Correctrice. Juge. Journaliste. Sexologue. Psychanalyste. Publicitaire. Philosophe. Physicienne. Anthropologue. Graphiste. Institutrice. Élève de CM2. Voyante. Cruciverbiste. Historienne. Linguiste. Stylisticienne. Sociologue. Joueuse d'échecs. Philologue. Comptable. Poète. Maître d'Ikebana. Mère. Styliste. Actrice. Performeuse. DJ vocaliste. Diplomate. Magicienne. Psittacidé. Etc...

Soledad Bravi. Catherine Solano. Jeanne Moreau. Mazarine Pingeot. Florence Aubenas. Guesch Patti. Françoise Héritier. Leila Shahib. Nathalie Dessay. Marie Desplechin. Christine Angot. Feist. Marie Nimier. Macha Béranger. Arielle Dombasle. Laétitia Masson. Aurore Clément. Laurie Anderson. Elsa Zylberstein. Yolande Moreau. Victoria Abril. Maria de Meideiros. Diam's. Miss Kittin. Sapho. Ovidie. Peaches.......

En parcourant l'ouvrage,
vous découvrirez la lettre transformée

et/ou interprétée selon chacune des femmes.

Quelques exemples:

- Lettre codée à l'aide de la méthode du "carré de Vigenère" par Louise (officier traitant de la DGSE)

- Lettre traduite en langage SMS (Alice Lenay) ou traduite en anglais, en latin, en phonétique...


- Un CD: la conversation téléphonique avec Macha Béranger.

- Une ado
- Une cruciverbiste (Catherine Carone)


- Une compositrice (C. Chassol)


- Un dessin de Soledad Bravi


Et si votre curiosité est en éveil....
Voici Sophie Calle interviewée.




895 SOPHIE CALLE NOUS FAIT PARLER D’AMOUR
envoyé par latelelibre. - L'actualité du moment en vidéo.


L'art de sublimer la rupture!

Et ma réponse à KAKI pour son abécédaire.

31 commentaires:

  1. *** Tu me donnes une sacrée envie d'aller acheter le livre à la FNAC !!!! Tu nous le fais si bien découvrir que je ne peux résister ! MERCI CHRYS !!! Bises et vivement ce soir : le week-end ! :o) :o) :o) ***

    RépondreSupprimer
  2. Une artiste dont j'admire le travail. Bravo d'avoir pensé à elle pour ce dico du jour. Tu en as fait un excellent billet.
    Happy Friday !

    RépondreSupprimer
  3. wawww... quel talent ! j'admire... l'idée de jouer sur les maux, avec des mots !
    joli billet, merci pour la découverte ;)

    RépondreSupprimer
  4. Excellent, je vais le commander tout de suite!

    RépondreSupprimer
  5. Je me souviens parfaitement de son travail ; il y avait eu des reportages dessus et ça m'avait marquée.

    RépondreSupprimer
  6. tu en dresses un magnifique portrait au travers de son travail !

    RépondreSupprimer
  7. Qu'est-ce que j'aurais aimé voir l'expo !! Les idées de Sophie Calle me fascinent...

    RépondreSupprimer
  8. Très curieux comme livre. Ton article est intéressant, tu décris très bien le livre. Démarche en tout cas entreprenant de la part de Sophie Calle.

    RépondreSupprimer
  9. Voilà qui donne envie de lire cet ouvrage
    bise
    françoise

    RépondreSupprimer
  10. Va falloir que j'aille me l'acheter .. ou mieux !!! Je vais la mettre sur ma liste de cadals de Noyel !
    Bah oui, faut bien la commencer un jour ...!

    Tu es taguée et c'est là :
    http://blog.framboize.net/2010/09/10/test-qui-tague-ou-tag-de-test/
    Tu m'aimes hein ? !!!

    RépondreSupprimer
  11. Génial ce livre . Faut donc que je le trouve aussi et oui
    Je ne peux pas rester les vaches sont là et je dois partir faire ma balade du jour hihihi

    RépondreSupprimer
  12. Bravo Chrys , tu as eut l'art de sublimer la critique du livre , de le décliner à ton tour , tu m'a donné l'envie de courir l'acheter ...
    Chapeau Madame , bonne journée à toi
    Biz

    RépondreSupprimer
  13. En toute délicatesse pour solde de tous comptes !
    Belle envie de lire les réponses des "éventuelles" bafouées de l'Amour.

    RépondreSupprimer
  14. Super ce billet, Bravo Chrys ! J'espère que tu vas récupérer un pourcentage sur les ventes, parce que ta pub est très bonne !! ;-))

    RépondreSupprimer
  15. Très intéressant dis moi ... Moi qui n'ai plus rien à lire, je vais regarder ça de plus près.

    RépondreSupprimer
  16. Ah dis donc très intéressant. J'ai toujours aimé les livres comme cela où on réinterprète une texte à sa manière. Y'a un titre dont le nom m'échappe que j'ai lu il ya quelques années.

    RépondreSupprimer
  17. Magnifique !! Merci de me faire découvrir cet ouvrage. Pour des raisons très personnelle, il me parle,me prend au coeur... Merci !

    RépondreSupprimer
  18. J'en avais entendu parler lors de sa sortie sans y prêter trop d'attention mais ton billet me donne envie de m'y pencher plus sérieusement !

    RépondreSupprimer
  19. Wow! C'est super intéressant! J'adore l'idée!

    RépondreSupprimer
  20. ah j'ai toujours aimé sophie calle, ses incursions en tant que femme de chambre, se faire suivre par un détective qu'on engage soi-même, photographier ses cadeaux d'anniversaires. et maintenant elle est SUPER connue, mais comme je ne m'intéresse pas aux ragots, ni ne fréquente la faune de l'art dit "contemporain", je ne sais pas... je n'écoute même plus france culture.

    RépondreSupprimer
  21. sacrée réponse que tu as faite là!!!et ce que j'aime le plus c'est ta conclusion: l'art de sublimer une rupture comme c'est joliment dit!!!

    RépondreSupprimer
  22. ...c'est peut-être une des raisons de la séparation, ce frein du vouvoiement dans les relations intimes par exemple...j'imagine et je souris.

    RépondreSupprimer
  23. Très beau billet! bravo!
    Pour le coup, j'espère que l'auteure viendra déposer ici un petit mot de remerciements. Ça vaut au moins ça;o)

    ***
    Beau weekend*******

    RépondreSupprimer
  24. Fascinant... on devient un peu voyeur en la lisant, cette histoire, on a envie d'intervenir, de dire... Ne pas envoyer ce message idiot ! Repassez la voir... essayez de la comprendre...

    RépondreSupprimer
  25. Il a l'air plus qu'étonnant ce livre !

    RépondreSupprimer
  26. Allo Chrys,j'ai jamais lu cette dame et je ne la lirai pas non plus. C'est à se demander ce qu'elle fout dans la vie. Elle n'a aucune idée à elle qui soit intéressante, comment écrit-elle des livres??? Elle ne sait pas dire les choses. Bref, je vois que cette dame n'a absolument rien à dire à rien. Vide je la sens. Voix discordante dans la mare d'allégresse envers cette dame. Tourlou

    RépondreSupprimer

MERCI BEAUCOUP POUR VOTRE COMMENTAIRE!